L'église St-Julien

La belle église St-Julien date du XIV ème siècle, rénovée à deux reprises au XVI et XIX eme, elle a été restaurée au XX eme siècle en 1985.

De type rural et édifiée sur un plan rectangulaire elle comprend des murailles peu élévées contrebutéesà l'extérieur par des contreforts qui supportent une charpente de tuiles "canal", une belle porte en arc brisé, un clocher triangulaire percé de 3 rangées d'ouvertures abritant 5 cloches.

La nef de l'église n'est pas voutée mais plafonnée, possédant une chapelle en brique ainsi qu'un rétable doré à l'ange Gabriel, des beaux tableaux au nombre de quatre, ornant les murs et représentant l'adoration des mages, des Vierges, la résurection du Christ et le martyre de St-Julien.

Une cuve baptismale en pierre de forme octogonale et un beau Christ en croix qui datent de la fin du XIV ème siècle; et dans la chapelle de l'ange gardien, à droite, un buste de bois doré de Saint Julien qui à remplacé un ancien buste aujourd'hui, disparu. Il est à signaler sur le côté, un beau lutrin en bois sculpté avec un pied triangulaire orné de rosaces, et de fleurs datant du XVIII ème siècle. Le support des livres quant à lui représente deux aigles. Enfin, les stales du XIX ème siècle et les panneaux de lambris dominant dissimulent les niches gothiques...

Le bac du Fauga :

 

Entre le Fauga et l’Aouach, les deux quartiers situés de part et d'autre de la Garonne, le bac relie les deux rives du fleuve grâce à une barque accrochée à un câble fixe, profitant de la force du courant,  tel une force motrice...

 En 1850, il est à signaler que le passage du Fauga comportait un bac de 14 mètres pouvant faire traverser 30 personnes, voire une voiture avec son attelage, ou bien  8 têtes de bétail . Il était en fonction tous les jours de la semaine du lever au coucher du soleil. En 1878, une cabane de passeur pour attendre à l’abri les clients fut construite au sieur Salou, fermier du passage d’eau.

  Il est notable que le bac de l’Aouach constitue de nos jours une curiosité, car il a survécu à la généralisation des ponts et reste l’un des rares exemples encore en usage dans le département.

 En effet,il demeure le dernier bac avec celui de Portet-sur-Garonne franchissant le fleuve en Midi-Pyrénées. Il permet le passage des enfants en période scolaire (qui habitent en rive droite et se rendent à l’école rive gauche), ainsi que des pêcheurs, voire des promeneurs qui déambulent au bord du fleuve ou qui se dirigent vers l'insolite et jolie chapelle de Notre Dame de l’Aouach, lieu de pèlerinage.

 Le service du bac est assuré toute l'année si tant est que le niveau de la Garonne soit satisfaisant pour permettre la sécurité des usagers.

 Enfin, le bac assure la continuité de la route départementale 43.

 

La Chapelle de Notre Dame de l'Aouach

 Cette chapelle située sur une terrasse alluviale nichée dans une boucle de la Garonne, constituait l’annexe de l’église paroissiale du Fauga située sur l’autre rive du fleuve.

  L’accès à l’Aouach s’effectue par le bac ou bien par la route. Depuis la route, on aperçoit sur un coteau, à droite, le château de Ribonnet bâti vers l’an 1200 qui fut propriété de Clément Ader.

 Bien remanié, il garde une fière allure au sommet de ce côteau d’où l’on jouit d’une vue magnifique sur les alentours. Clément Ader se rendit acquéreur du domaine en 1890, avec l’intention d’y créer un important vignoble. Il le revendit vers la fin de sa vie, après y avoir effectué d’importantes dépenses.